claire-gauthier

Le blog de claire-gauthier

Connecteurs à Fibre Optique & Solutions de Câbles LC

Les connecteurs de fibre LC, qui sont considérés comme les représentants les plus populaires et connus du connecteur SFF (Small forme Factor), sont largement utilisés dans le câblage des réseaux LAN et les centres de données d’aujourd'hui. Les connecteurs LC, les adaptateurs de fibre LC et les assemblages de câbles répondent à la demande croissante de connectivité à fibre optique haute densité à faible facteur de forme avec des options simplex, duplex, monomode et multimode. Dans ce blog, nous allons explorer le monde des solutions LC.

Qu'est-Ce Qu'un Connecteur de Fibre LC ?

Le https://www.fs.com/fr/c/os2-9-125-single-mode-duplex-897?lc-lc=15 connecteur LC est un connecteur push-pull qui utilise un verrou, contrairement à la languette de verrouillage SC, et avec une plus petite ferrule, il est connu sous le nom de connecteur à petit facteur de forme. Le fait d’avoir la moitié de l'encombrement du connecteur SC lui donne une popularité énorme dans l'industrie des télécommunications, ainsi que dans d'autres applications de patch à haute densité. Sa combinaison de petite taille et de fonction de verrouillage en fait un support idéal pour les racks/panneaux encombré.

Types de Connecteurs de Fibre LC

Connecteurs LC Standard

Le connecteur LC standard a été sous licence pour la première fois par Lucent Technologies et incorporait un design push-and-latch offrant une stabilité dans les supports de rack système. Extérieurement Le connecteur de fibre LC avec un mécanisme de tab de retenue ressemble à une prise téléphonique RJ45 standard. Intérieurement, le connecteur LC ressemble à une version miniature du connecteur SC. Les connecteurs de fibre LC utilisent une ferrule en céramique (zircone) de 1,25 mm. Le connecteur simplex et duplex LC est très apprécié pour les applications monomodes.

Connecteurs Duplex Mini-LC

Le connecteur duplex Mini-LC a un centreline réduit de 5,25 mm au lieu d'un écart LC standard de 6,25 mm. Les connecteurs à fibre optique Mini-LC réduisent l'encombrement et offrent un montage de port à haute densité pour les équipements de réseau de centres de données, parfaitement adaptés aux émetteurs-récepteurs (transceiver) optiques mini SFP (mSFP). Les clips de verrouillage et les démarrages recto verso noire du connecteur duplex mini-LC (visibles dans l'image ci-dessous) sont utilisés pour distinguer les différents connecteurs duplex LC standards.

Connecteurs LC-HD Duplex à Haute Densité

Les connecteurs à haute densité duplex LC-HD, comme leur nom l'indique, sont spécialement conçus pour les applications de câblage à haute densité. Les connecteurs recto-verso LC-HD, associés à une “pull-tab” ou à une “push-pull tab” flexible, peuvent être facilement désengagés des tableaux avec des connexions fortement chargées sans utiliser les outils spéciaux. Ainsi, dans les câbles à fibres optiques à haute densité, les connecteurs duplex LC-HD permettent aux utilisateurs d’accéder facilement à des espaces étroits et d’éviter les pertes de fibres sans intervention manuelle.

Remarque : Certains types de connecteurs recto-verso LC-HD combinent les avantages de la mise à la terre uniboot et sont plus adaptés aux applications de câblage haute densité.

Qu'est-Ce Qu'un Câble à Fibre Optique ?

La https://www.fs.com/fr/lc-fiber-cables.html jarretière optique LC dotée de deux connecteurs à fibre optique à terminaison aux deux extrémités est le type de câble à fibre optique le plus utilisé dans l'industrie. Comparés aux autres câbles à fibres optiques, les câbles à fibres optiques offrent une haute densité et des performances fiables dans la plupart des applications. Les câbles de raccordement à fibre optique LC standard peuvent être divisés en deux types de câbles : fibre optique monomode (OS2) et multimode (OM1/OM2/OM3/OM4), duplex et simplex.

Cordon de Raccordement de Fibre Uniboot LC

Pour être toujours à la page sur le théme "haute densité" dans les centres de données, le câble fibre optique LC uniboot a été créé. À partir de l'image ci-dessus, nous pouvons clairement voir les différences entre un câble de raccordement LC uniboot (à gauche) et un câble LC standard (à droite). Le cordon de brassage Uniboot LC est doté de deux connecteurs fibre LC encastrés dans un boîtier commun avec un seul câble de raccordement sur un seul câble rond. Cela permet de réduire le nombre de câbles jusqu'à 50 % par rapport au cordon de raccordement LC traditionnel. En outre, l'inversion de polarité de la https://www.fs.com/fr/c/uniboot-lc-cables-974 jarretière LC uniboot peut être facilement réalisée en plusieurs étapes simples, ce qui économisera énormément de temps et d'argent. De plus, il a été prouvé que le cordon de raccordement LC uniboot avec tirette pouvait augmenter la densité de câblage jusqu'à 50 %.

Remarque : il existe de nombreuses versions de câbles de raccordement LC LC uniboot. Leur inversion de polarité peut être différente. Les deux versions d’étapes d'inversion de polarité des cordonsles les plus couramment utilisées de raccordement LC uniboot sont illustrées dans l'image ci-dessus.

Câble à Fibre Otique LC à Perte Quasi Nulle

La https://www.fs.com/fr/c/ultra-low-loss-lc-cables-1415?0-12db-typical-il-lc=21193 jarretière LC à faible perte est l'un des câbles de raccordement à fibre optique les plus performants, avec un connecteur de corps monobloc robuste et un déclencheur de verrouillage jusqu'à 4 fois plus puissant que les connecteurs standard. Les câbles à fibre optique standard maintiennent une perte d'insertion de 0,30 dB, tandis que les câbles à fibre optique à très faible perte produisent une perte d'insertion de seulement 0,12 dB, offrant des performances exceptionnelles et une consommation d'énergie réduite. Ce type de câble à fibre optique est doté d'un connecteur de classe B assurant une IL et RL extrêmement faible et évitant la production de code d'erreur et la perte signal. Le câble à fibre optique à faible perte est disponible en types de câble monomode et multimode.

Solutions de Câble LC FS.COM

Outre les connecteurs de fibre LC, les adaptateurs, les atténuateurs de fibre et les cordons de raccordement LC LC mentionnés ci-dessus, les solutions LC à arrêt unique FS.COM comprennent également des panneaux de brassage LC, des panneaux de dérivation MTP-LC, des cassettes MTP-LC, etc. Peuvent totalement satisfaire tous vos besoins. Nos panneaux de brassage fibre optique LC disponibles dans 12 ports, 24 ports et 48 ports offrent aux installateurs une solution de terminaison de fibre haute densité économique qui ne prend pas beaucoup de place. Pour plus d'informations, veuillez nous contacter via sales@fs.com.

Mots-clés : Câble Fibre Optique, Câble LC, Connecteur LC, Fibre LC, Jarretière Optique LC
publié le jeudi 20 septembre à 08:15, aucun commentaire.

SONET/SDH vs DWDM : Quelle est la Différence ?

La prochaine génération d'équipements SONET (Synchronous Optical Network) ou SDH (Synchronous Digital Hierarchy) est déployée avec succès sur les réseaux pour assurer un trafic réseau en croissance continue. Comparé au traditionnel SONET, le DWDM (Dense Wavelength Division Multiplexing) est considéré comme une architecture simple, évolutive, add/drop à grande capacité, terminaisons à plusieurs anneaux, multi-services et plusieurs matrices. Dans quelques situations, nous devons évaluer les avantages que DWDM et SONET ont retirés de l’impact économique. Ensuite, nous devons déterminer la relation et la différence entre eux.

Qu'est-ce que sont : SONET/SDH ?

SONET vs SDH

SONET/SDH est la technologie dominante déployée dans la plupart des réseaux de métro et de longue distance. Ce dernier réfère à un groupe de débits de transmission par fibre optique capables de transporter des signaux numériques de capacités différentes. Depuis leur lancement à 1990, SDH et sa variante SONET (utilisée en Amérique du Nord) ont considérablement amélioré les performances des réseaux de télécommunications basés sur les fibres optiques. L'unité de base de SDH est le module de transmission synchrone niveau 1 (STM-1). L'unité de base de SONET est le niveau de porteuse optique 1 (OC-1). Les autres tarifs OC-3, OC-12, OC-18, OC-24, OC-36, OC-48, OC-96 et OC-192 sont dérivés de ce taux de base.

PDH vs SDH/SONET

Les réseaux PDH (lesiochronous Digital Hierarchy) et SDH/SONET basés sur le TDM ont été, dés longtemps, utilisé dans plates-formes de transport standard pour le trafic cellulaire. PDH et SDH/SONET sont optimisés pour gérer les circuits vocaux en masse avec une disponibilité maximale, un délai minimal et une continuité de service garantie. SDH a été créé pour remplacer le système PDH pour assurer la communication entre les équipements de différents fournisseurs. La hiérarchie des signaux définit plusieurs débits de ligne parmi lesquels se trouvent le STM-1 (155 Mbps), le STM-4 (622 Mbps), le STM-16 (2,5 Gbps) et le STM-64 (10 Gbps) et le STM-256 (40 Gbps) qui sont largement adoptés.

Qu'est-ce que le DWDM ?

Le DWDM est considéré comme l'une des meilleures technologies pour augmenter la bande passante sur une installation de fibre existante. Il permet de créer plusieurs « fibres virtuelles » sur une fibre physique. Cela se fait en transmettant les différentes longueurs d'onde (ou couleurs) de lumière sur une partie du fibre. DWDM a été initialement utilisé dans les trajets de longue distance car les dépenses d’amplification, de compensation de la dispersion et de régénération constituaient une grande partie des coûts des équipements de réseau dans les réseaux SONET régionaux et nationaux. DWDM est devenu de plus en plus populaire dans les réseaux métropolitains lorsque les réseaux locaux ont vu leurs réseaux échouent. Apart de l'épuisement de la fibre, le volume de trafic constitue le facteur principal économique du déploiement de la https://www.fs.com/fr/c/dwdm-mux-demux-178 technologie DWDM dans les réseaux métropolitains.

Le DWDM fonctionne dans un champ compris entre 1530 et 1565 nm, ce que l'on appelle la bande C qui correspond à l’interface à faibles pertes de la fibre optique. C'est la gamme où l'amplificateur à fibre dopée à l'erbium (https://www.fs.com/fr/c/fmt-optical-amplifiers-837?dwdm-edfa=21196 EDFA) est fonctionnel. Une grille de longueurs d'onde / fréquences de fonctionnement admissibles est conforme à l'UIT-T, est centrée sur une fréquence de 193,1 THz ou une longueur d'onde de 1553,3 nm et toutes sortes de fréquences sont espacées de 25 GHz (= 0,2 nm) autour de cette fréquence centrale.

La couche DWDM est indépendante du protocole et du débit binaire, ce qui signifie qu’elle peut transporter simultanément des paquets ATM (mode de transfert asynchrone), SONET et/ou IP. La technologie WDM peut également être utilisée dans les réseaux optiques passifs (PON), qui sont des réseaux d'accès dans lesquels la totalité du transport, de la commutation et du routage se produit en mode optique.

SONET vs. SDH vs. DWDM : c’est quoi la différence ?

SONET pour le passé

SONET/SDH est la technologie dominante déployée dans la plupart des réseaux de métro et de longue distance. Ce dernier réfère à un groupe de débits de transmission par fibre optique capables de transporter des signaux numériques de capacités différentes. Depuis leur lancement à 1990, SDH et sa variante SONET (utilisée en Amérique du Nord) ont considérablement amélioré les performances des réseaux de télécommunications basés sur les fibres optiques. L'unité de base de SDH est le module de transmission synchrone niveau 1 (STM-1). L'unité de base de SONET est le niveau de porteuse optique 1 (OC-1). Les autres tarifs OC-3, OC-12, OC-18, OC-24, OC-36, OC-48, OC-96 et OC-192 sont dérivés de ce taux de base.

Comme prévu, les scénarios SONET ont un coût initial faible. Lorsque le volume de trafic est faible, une architecture SONET est beaucoup plus économique que l’architecture DWDM. La modélisation de Fiberstore indique que lors de la conception d’un réseau superposé SONET avec les exigences OC-3, OC-12, OC-48 et Ethernet Gigabit, lorsque la conception nécessite moins que 4-10 anneaux OC-192, un réseau SONET sera le choix parfait.

DWDM pour le présent et l'avenir

Puisque le volume de trafic augmente progressivement, DWDM va probablement s'imposer et deviendra le choix de la technologie réseau. Le timing de ce crossover dépend de beaucoup de facteurs tels que la distance, le prix et la densité de l'interface. Les différences entre les types de demande sont principalement dues à l’efficacité de conception des cartes d’interface de ces deux technologies en termes de densité et de prix. L’étude de Fiberstore montre également que les distances de portée déclenchent généralement des exigences supplémentaires pour les générateurs, les amplificateurs optiques et les DCM dans les routes. Les longues distances ont la tendance de favoriser une architecture DWDM en raison de l'utilisation efficace des fibres et des capacités de contournement optique des n½uds intermédiaires.

De plus, les coûts de fibre les plus élevés et les situations, dans lesquelles les contraintes de fibre sont appliquées ménent à considérer l’option DWDM et pas SONET, car DWDM économise une quantité considérable de fibres dans le réseau optique. Les systèmes DWDM pourraient être planifiés pour un grand nombre de canaux. Cependant, une stratégie de croissance au fur et à mesure de la croissance peut être utilisée et des canaux peuvent être ajoutés en fonction de la demande dans Fiberstore. La distance de l'amplificateur et le bilan de puissance global du système doivent être calculés pour la quantité finale de canaux dès le début.

Conclusion

Les différentes alternatives et leurs impacts économiques dans la conception du même réseau sont certainement une étude intéressante. En effect, SONET fonctionne encore mieux que les autres. Cependant, Ces résultats peuvent ne pas être valable dans toutes les situations ; une implication c’est le fait que dans les conceptions de grands réseaux, le réseau le plus optimisé ne peut pas être nécessairement toujours l’architecture unique. Une partie du réseau peut adopter des anneaux tandis qu'une autre partie implémente des anneaux. Généralement, la partie centrale du réseau justifiera une architecture DWDM.

Mots-clés : CWDM, DWDM, DWDM CWDM, Multiplexeur Fibre Optique, MUX DEMUX DWDM, Mux/Demux
publié le jeudi 20 septembre à 07:53, aucun commentaire.

Switch Réseau vs Routeur vs Pare-feu

Il y a trois appareils de base qui sont utilisés presque dans tous les réseaux—switch réseau, routeur et pare-feu. Ils peuvent être intégrés dans un seul appareil pour les réseaux de petite taille, comme pour les réseaux domestiques, mais ce n’est pas le cas pour les réseaux de grande taille. Dans cet article, Vous allez apprendre à savoir comment fonctionnent t-ils et comment construisent t-ils votre réseau.

Switch — Relier Vos Périphériques à un Réseau

Dans un réseau local (LAN), les https://www.fs.com/fr/c/ethernet-switches-3079 switchs réseau fonctionnent de la même manière que des passerelles dans les villes qui relient d'autres périphériques réseau, tels que des commutateurs ou des routeurs, pare-feu et points d'accès sans fil et connecte les périphériques de clients tels qu’ordinateurs, serveurs, Internet Caméras de protocole (IP) et imprimantes IP. Il crée un endroit centrale de connexions pour tous les différents périphériques sur le réseau.

Comment Fonctionne un Switch ?

Un commutateur bascule les trames de données en conservant un tableau indiquant quelles adresses MAC (Media Access Control) ont été vues et sur quel port de commutateur. L'adresse MAC est une marque gravée dans le matériel d'un contrôleur d'interface réseau (NIC). Chaque carte réseau et chaque port de commutateurs et de routeurs possède une adresse MAC unique. Le commutateur apprend les adresses MAC source et de destination à partir des trames de données et les conserves dans ce tableau. Il se réfère à ce table là pour déterminer où envoyer les images qu'il reçoit. S'il reçoit une adresse MAC de destination qu'il n'a pas la-dans, il inonde la trame à tous les ports de commutation, ce qui est appelé la diffusion. Quand il reçoit une réponse, il place l'adresse MAC dans la table et il ne doit pas inonder la prochaine fois.

Router — Se Connecter à l'Internet

Les routeurs (parfois appelés passerelles) sont des périphériques matériels utilisés pour assurer le routage des paquets entre différents réseaux et pour connecter votre réseau à l’Internet. En fait, L’Internet est constitué des centaines de milliers de routeurs.

Comment Fonctionne un Routeur ?

Un routeur vérifie les adresses IP source et celles de destination de chaque paquet, il recherche la destination du paquet dans la table de routage IP du routeur et transmet le paquet vers un autre routeur ou vers un switch. Ce processus se continue jusqu'à ce que l'adresse IP de destination soit atteinte et puis réponde. Lorsqu'il existe plusieurs manières d'accéder à l'adresse IP de destination, les routeurs peuvent choisir rapidement la solution la plus économique. Lorsque la destination du paquet n'est pas listée dans le tableau de routage, le paquet serait envoyé au routeur par défaut (s'il en a un). S'il n'y a pas de destination pour le paquet, il serait supprimé.

Généralement, votre routeur est fourni par vos fournisseurs d'accès Internet (FAI). Votre fournisseur Internet vous attribue une adresse IP de routeur, c’est une adresse IP publique. Lorsque vous naviguez sur Internet, vous êtes identifié au monde extérieur par votre adresse IP publique et votre adresse IP privée reste protégée. Cependant, les adresses IP privées de votre ordinateur de bureau, ordinateur portable, iPad, TV media box, copieur réseau sont complètement différentes. Si c’était pas le cas, le routeur ne pourrait jamais reconnaître le périphérique et ce qu’il demande.

Pare-feu — Protecteur de Votre Réseau

Les pare-feu sont littéralement des murs utilisés pour bloquer les incendies en cas d'urgence. Le pare-feu réseau établit une barrière entre un intranet/réseau local et Internet. Généralement, un pare-feu réseau protège un LAN interne/privé contre les attaques extérieures et empêche les pertes de données importantes. Alors que les routeurs sans pare-feu transmettent le trafic entre deux réseaux distincts, les pare-feu surveillent le trafic et bloquent le trafic non autorisé. En addition de séparer le réseau local d'Internet, les pare-feu de réseau peuvent également être utilisés pour segmenter les données importantes à partir de données ordinaires dans un réseau local. Alors que l' une invasion interne peut également être évitée.

Comment Fonctionne un Pare-feu Réseau ?

Un type commun de pare-feu vous permet de définir les règles de blocage, telles que l'adresse IP, le protocole TCP (Transmission Control Protocol) ou le protocole UDP (User Diagram Protocol) du port. Cela signifie que les ports et les adresses IP indésirables sont donc interdits. Certains d’autres pare-feux sont des applications et des services logiciels. Tels pare-feux joue le le rôle d’un serveur proxy qui connecte les deux réseaux ensemble . Le réseau interne ne communique pas directement avec le réseau externe. La combinaison de ces deux types est généralement plus sécurisée et plus efficace.

Switch, Routeur et Pare-feu : Comment Sont-ils Connectés ?

Généralement, le routeur est le premier équipement que vous auriez dans votre réseau local, un pare-feu réseau se trouve entre le réseau interne et le routeur afin que tous les flux entrants et sortants puissent être filtrés. Ensuite, le switch suit. Étant donné que de nombreux fournisseurs d'accès Internet fournissent aujourd’hui le service FiOS (Fiber Optic Service), vous avez besoin d'un modem avant le pare-feu du réseau pour transformer le signal numérique en signaux électriques pouvant être transmis via des câbles Ethernet. Par conséquent, la configuration typique serait Internet-modem-firewall-switch. Ensuite, le commutateur connecte d'autres périphériques réseaux.

Conclusion

Tous les trois composants sont indispensables dans un réseau. Les petits réseaux peuvent avoir l’un des périphériques intégré parmi ces trois, tandis que les grands réseaux comme les réseaux d'entreprise, les centres de données, vos fournisseurs de services Internet auront tous ces trois pour conserver des communications multiples, complexes et hautement sécurisées.

Mots-Clés : Pare-feu, Routeur, Switch Réseau
publié le jeudi 13 septembre à 08:44, aucun commentaire.

Comment Utiliser Pleinement la Fibre OM5 dans une Transmission de 40G/100G ?

Comment Utiliser Pleinement la Fibre OM5 dans une Transmission de 40G/100G ?

La fibre multimode à large bande (WBMMF) ou OM5 est un nouveau type de fibre multimode (MMF) qui est conçu pour supporter des longueurs d'ondes dans la plage allant de 850 nm à 953 nm. La https://www.fs.com/fr/c/om5-40g-100g-50-125-multimode-3254 fibre OM5 fournit une nouvelle solution de câblage pour la transmission de 40G/100G en utilisant la technologie SWDM (Shortwave Wavelength Division Multiplexing).

Points Forts de la Fibre OM5

Tout d'abord, la fibre OM5 est conçue pour assurer la rétro-compatibilité avec OM3 et OM4 puisque les spécifications à 850 nm sont les mêmes. Ensuite, cette fibre réduit considérablement le nombre de fibres dans les câblages SWDM4 de 40G/100G. Les émetteurs-récepteurs de 40G/100G qui fonctionnent sur une jarretière optique OM4 MTP utilisent au moins 8 fibres (le 100GBASE-SR10 utilise 20 fibres), mais les émetteurs-récepteurs SWDM4 de 40/100G fonctionneront uniquement sur deux fibres OM5.

Solution de Câblage OM5 de FS.COM

Le vert citron est le code de couleur sélectionné pour la gaine de câble à fibre optique OM5. La fibre OM5 a le même diamètre du c½ur avec les fibres OM3 et OM4, mais elle peut supporter des longueurs d'onde supérieures à 850 nm. La https://www.fs.com/fr/c/om5-40g-100g-50-125-multimode-3254 jarretière optique OM5 de FS.COM peut être personnalisée en fonction des applications spécifiques des clients. Toutes nos jarretières optiques OM5 sont garanties par divers tests afin d'être de haute qualité.

Les types des connecteurs à chaque extrémité peuvent être identiques ou différents (LC, SC, FC, ST, etc). Les longueurs de câble fournis varient entre moins d'un mètre et à plus de 100 mètres, cela répondra parfaitement aux besoins de transmission 400m du module QSFP+ SWDM4 40G et de la transmission 100m du module QSFP28 SWDM4 100G, ainsi que les liens dans un même rack ou dans une même rangée. Les gaines de câble PVC/LSZH/OFNP sont également à votre choix en fonction de votre environnement de déploiement.

Mots-Clés : Fibre Multimode, Fibre OM5, Jarretière Optique OM5
publié le jeudi 13 septembre à 08:41, aucun commentaire.

Quelle est la Différence entre : Hub vs Switch vs Routeur

Les Hubs, les commutateurs et les routeurs, que sont-ils ? Avez-vous déjà demandé quelles sont les différences entre ces boîtes ? Certains techniciens ont tendance d'utiliser indifféremment les termes hub, commutateurs et routeurs. Mais en fait, même s'ils ont une expérience compétente pour les utiliser, ils ne peuvent toujours pas dire les vraies différences. Ne vous inquiétez pas, aujourd'hui, nous apprenons la connaissance du hub, le switch et le routeur dans ce blog.

Hub vs Switch vs Routeur : Que sont-ils ?

Hub

Un Hub est souvent utilisé pour connecter des segments d'un réseau local (LAN). Un hub ou un concentrateur contient plusieurs ports. Lorsqu'un paquet arrive sur un port, il est copié sur les autres ports afin que tous les segments du réseau local puissent avoir accès tous les paquets. Un Hub joue le rôle d'un point de connexion commun pour les périphériques d'un réseau.

Commutateur

Le commutateur fonctionne au niveau de la couche de liaison des données (couche 2) et parfois de la couche réseau (couche 3) du modèle de référence OSI (Open Systems Interconnection) et prend donc en charge tout protocole du paquet. Les réseaux locaux, qui utilise des commutateurs pour joindre des segments, sont appelés réseaux locaux commutés ou, dans le cas de réseaux Ethernet, de réseaux locaux Ethernet commutés. Dans les réseaux, le https://www.fs.com/fr/c/ethernet-switches-3079 switch Ethernet est le périphérique qui filtre et transmet les paquets entre les segments LAN.

Routeur

Un routeur est connecté à au moins deux réseaux, généralement deux réseaux LAN ou WAN (réseaux étendus) ou un réseau local et son réseau ISP.s (Internet Service Provider.s). Le routeur est généralement situé aux passerelles, les endroits où deux réseaux ou plus se connectent. En utilisant ses caractéristiques spécifiques, le routeur détermine le meilleur chemin pour le transfert des paquets.

Hub vs Switch vs Routeur

Hub vs Switch

Chacun d'eux joue le rôle d'une connexion centrale pour l'ensemble de vos équipements réseau et gère un type de données appelé frames. Ces derniers transportent vos données. Lorsqu'une frame est reçue, elle est amplifiée puis transmise au port du PC de destination (ordinateur personnel). La différence la plus importante entre le concentrateur (hub) et le commutateur est tout simplement dans la méthode de livraison des frames.

Dans un concentrateur, un frame est transmis ou « diffusé » à chacun de ses ports. Peu importe que la frame soit uniquement destinée à un port. Le concentrateur n'a aucun moyen de distinguer le port auquel une frame doit être envoyée. Le transmettre à chaque port garantit qu'il atteindra sa destination. Cela pose beaucoup de charge sur le réseau et peut résulter à des temps de réponse réseau plus en moins longues. De plus, un concentrateur 10/100Mbps doit partager sa bande passante avec chaque et tous ses ports.

En comparaison, un commutateur conserve des enregistrements des adresses MAC (Media Access Control) de tous les périphériques qui sont connectés. Avec cette information, un commutateur peut identifier quel système se trouve sur quel port. Ainsi, lorsqu'une frame est reçue, elle sait exactement à quel port elle doit l'envoyer, sans une augmentation significative de temps de réponse du réseau. En outre, contrairement à un concentrateur, un commutateur 10/100Mbps alloue 10/100Mbps à chacun de ses ports. Ainsi, quel que soit le nombre de PC émettant, les utilisateurs auront toujours accès au nombre maximal des bandes passantes. C'est pour ces raisons qu'un commutateur est considéré comme un choix bien meilleur qu'un hub.

Switch vs Routeur

En réalité, le routeur est un appareil complètement différent du commutateur. Le routeur est différent, pourquoi le dire ? Contrairement à un concentrateur ou à un hub qui se s'occupe de la transmission des frames, un routeur, comme son nom l'indique, transporte les paquets vers d'autres réseaux jusqu'à ce que ce paquet atteigne finalement sa destination. L'une des principales caractéristiques d'un paquet est qu'il contient non seulement des données, mais aussi l'adresse de destination.

Les routeurs peuvent avoir un seul port WAN et un seul port LAN et sont conçus pour connecter un concentrateur LAN existant ou passer à un WAN. Le commutateur et le concentrateur Ethernet peuvent être connectés à un routeur avec plusieurs ports PC pour élargir un réseau local. Selon les capacités (types de ports disponibles) du routeur et des commutateurs ou concentrateurs, la connexion entre le routeur et les commutateurs/concentrateurs peut nécessiter des câbles directs ou croisés (null modem). Certains routeurs ont même des ports USB, et plus généralement des points d'accès sans fil intégrés.

Hub vs Switch vs Routeur : Plus de fonctions pour les routeurs modernes

Comme indiqué ci-dessus, le routeur d'aujourd'hui n'est pas un simple routeur mais un routeur intégré. Une grande variété des services sont intégrés dans la plupart des routeurs à large bande. Par exemple, un routeur comprend généralement de 4 à 8 ports et un NAT (Network Address Translator). En outre, ils incluent généralement un serveur DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol), un serveur proxy DNS (Domain Name Service) et un pare-feu matériel pour protéger le réseau contre les intrusions malveillantes provenant d'Internet.

Certains routeurs les plus haut-développés ou de classe affaires intègreront également un port série pouvant être connecté à un modem externe, ce qui est utile en cas de panne de la connexion haut débit principale, ainsi qu'un serveur d'imprimante LAN intégré et un port d'imprimante.

Plus que les fonctions de protection inhérentes au NAT, de nombreux routeurs auront également un pare-feu hardware-based intégré et configurable. Les capacités du pare-feu peuvent varier des appareils très simples aux plus sophistiqués. Parmi les fonctionnalités disponibles sur les principaux routeurs, figurent celles qui permettent de configurer les ports TCP/UDP (Transmission Control Protocol/User Datagram Protocol) pour les jeux, les services de discussion, etc., sur le LAN derrière le pare-feu.

Conclusion

Après avoir lu cet article, vous possédez toutes les connaissances sur de hub vs switch vs routeur. Un concentrateur relie un segment de réseau Ethernet ; un commutateur connecte plusieurs segments Ethernet de manière plus efficace et un routeur peut effectuer ces fonctions et acheminer des paquets TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet Protocol) entre plusieurs LAN et /ou WAN, et bien plus encore.

Mots-clés : concentrateur, hub, switch réseau, switch Ethernet

publié le mercredi 05 septembre à 07:50, aucun commentaire.

Commutateur de Couche 2 vs Commutateur de Couche 3 : Quelle est la Différence ?

Généralement, si vous souhaitez connecter tous les périphériques réseau et toutes les machines client d'un réseau, un commutateur de couche 2 est l'un des périphériques de base dont vous avez besoin. À mesure que la diversité des applications réseau augmente et que l’implémentation des réseaux convergents se développe, de nouveaux commutateurs réseau, tels que le https://www.fs.com/fr/c/40g-switches-3257 commutateur de couche 3, prospèrent dans les centres de données, les réseaux d’entreprise complexes, les applications commerciales et même les projets clients avancés.

Qu'est-Ce Que le Commutateur de Couche 2 ?

Les termes Layers 2 & 3 sont adoptés à partir du modèle OSI (Open System Interconnect), qui est un modèle de référence pour décrire et expliquer les communications dans un réseau. Le modèle OSI comporte sept couches: couche application, couche présentation, couche session, couche transport, couche réseau, couche liaison de données et couche physique, parmi lesquelles la couche réseau est la couche 3 et la couche liaison de données couche 2.

La couche 2 fournit un transfert de données direct entre deux périphériques au sein d'un réseau local. Un commutateur de couche 2 fonctionne en conservant une table d'adresses MAC (Media Access Control). La table d'adresses MAC du commutateur enregistre les adresses MAC du matériel qu'il a et le port physique associé qu'il a vu dernièrement. Les frames de données sont commutés par des adresses MAC uniquement dans le réseau local et ne seront pas connues en dehors de celui-ci. Un commutateur de couche 2 peut attribuer des réseaux locaux virtuels à des ports de commutation spécifiques, qui sont eux-mêmes situés dans des sous-réseaux de couche 3 différents.

Qu'est-Ce que le Commutateur de Couche 3 ?

La couche 3 gère le routage des paquets par un addressing logique et un contrôle de sous-réseau. Un routeur est le périphérique réseau le plus courant de la couche 3. Un routeur fonctionne pour transférer les paquets vers leur adresse IP (Internet Protocol) de destination. Dans la couche 3, les adresses IP de la source et de la destination de chaque paquet seront vérifiées dans sa table de routage IP pour déterminer le meilleur saut suivant pour le paquet (vers un routeur ou vers un commutateur). Si aucune adresse IP de destination n'est trouvée dans la table, le paquet sera supprimé sauf s'il possède un routeur par défaut. Ainsi, le processus de routage provoque souvent une certaine latence.

Les fonctions d'un commutateur de couche 3 (ou d'un commutateur multicouche) combinent une partie d'un commutateur de couche 2 et une partie d'un routeur. Essentiellement, il s’agit de trois dispositifs différents conçus pour différentes applications, qui dépendent de manière significative des fonctions qu’ils peuvent fournir. Mais, leurs fonctions sont aussi similaires.

Commutateur de Couche 2 vs Commutateur de Couche 3 : Quelle est la Différence ?

La différence principale entre la couche 2 et la couche 3 est la fonction de routage. Un commutateur de couche 2 fonctionne uniquement avec des adresses MAC et ne concerne pas l’adresse IP ni les éléments des couches supérieures. Un commutateur de couche 3 peut effectuer tout le travail effectué par un commutateur de couche 2. En outre, il peut effectuer un routage statique et un routage dynamique. Cela signifie qu'un commutateur de couche 3 possède à la fois une table d'adresses MAC et une table de routage IP, et gère également la communication intra-VLAN et le routage des paquets entre différents VLAN. Un commutateur qui ajoute uniquement le routage statique est appelé Layer 2+ ou Layer 3 Lite. Outre le routage des paquets, les commutateurs de couche 3 incluent également certaines fonctions qui nécessitent la capacité de comprendre les informations d'adresse IP des données entrant dans le commutateur, telles que le marquage du trafic VLAN basé sur l'adresse IP plutôt que la configuration manuelle d'un port. La puissance et la sécurité des commutateurs de couche 3 augmentent.

Commutateur de Couche 2 vs Commutateur de Couche 3 : Comment Choisir

Lorsque vous ne pouvez pas choisir entre les commutateurs de couche 2 et de couche 3, vous devez penser où votre choix sera utilisé. Si vous avez un domaine de couche 2 pur, vous pouvez simplement opter pour le commutateur de couche 2; Si vous devez effectuer un routage inter-VLAN, vous avez besoin d'un commutateur de couche 3. Un pur domaine de couche 2 est celui où les hôtes sont connectés, de sorte qu'un commutateur de couche 2 fonctionnera correctement. Ceci est généralement appelé couche d'accès dans une topologie de réseau. Si vous avez besoin du commutateur pour regrouper plusieurs commutateurs d'accès et effectuer un routage inter-VLAN, un commutateur de couche 3 est nécessaire. Ceci est appelé couche de distribution dans la topologie du réseau.

Étant donné que le commutateur de couche 3 et le routeur ont une fonction de routage, alors la question est : lequel est le meilleur ? En fait, c'est moins une question de ce qui est mieux pour le routage, car les deux sont utiles dans des applications particulières. Si vous souhaitez effectuer un grand nombre de commutations et de routage inter-VLAN, et que vous n’avez plus besoin de transférer votre courrier vers le fournisseur d’accès Internet (FAI) , vous pouvez opter pour un commutateur de couche 3. Sinon, vous devriez opter pour un routeur avec plus de fonctionnalités de couche 3.

Commutateur de Couche 2 vs Commutateur de Couche 3 : Comment Acheter

Si vous achetez un commutateur de couche 2 ou de couche 3 pour votre usage, vous devez vérifier certains paramètres clés, notamment le taux de transfert, la bande passante du fond de panier, le nombre de VLAN, la mémoire de l'adresse MAC, la latence, etc.

Le taux de transfert (ou débit) correspond aux capacités de transfert d'un fond de panier (ou d'un commutateur). Lorsque les capacités de transfert sont supérieures à la somme des vitesses de tous les ports, nous appelons le fond de panier non bloquant. Le taux de transfert est exprimé en paquets par seconde (pps). La formule suivante explique comment calculer le taux de transfert d'un commutateur :

Taux de transfert (pps) = nombre de ports à 10 Gbits/s * 14 880 950 pps + nombre de ports à 1 Gbit/s * 1 488 095 pps + nombre de ports à 100 Mbit / s * 148 809 pps

Le paramètre suivant est la bande passante du fond de panier, qui est la somme des vitesses de tous les ports. Les vitesses de tous les ports sont comptées deux fois, une pour la direction Tx et une pour la direction Rx. La bande passante du fond de panier est exprimée en bits par seconde (bps ou bit / s). Bande passante du fond de panier (bps) = numéro de port * débit de données du port * 2

Importants aussi sont d’autres paramètres tels que le nombre de VLAN pouvant être configurés. En général, 1K = 1024 VLAN suffisent pour un commutateur de couche 2 et le nombre standard de VLAN pour le commutateur de couche 3 est 4k = 4096. La table de mémoire de l'adresse MAC correspond au nombre d'adresses MAC qu'un commutateur peut conserver, généralement exprimé comme 8k ou 128k. La latence est le délai de transmission des données, qui doit être le plus court possible, donc la latence est généralement exprimée en nanosecondes (ns).

Conclusion

Cet article explique les diagrammes des couches 2 et 3 et les périphériques couramment utilisés dans ces couches, y compris le commutateur de couche 2, le commutateur de couche 3 et le routeur. Un périphérique plus avancé ne signifie pas nécessairement qu’il est mieux, mais il est toujours important de choisir le plus approprié selon votre application spécifique.

Mots-clés : commutateur de couche 2, commutateur de couche 3, switch réseau

publié le mercredi 05 septembre à 07:42, aucun commentaire.

  Page suivante

Publicité